Humain XXI

1 juillet 2021  > 31 août 2021 Exposition

Découvrez une série de portraits du photographe Rémi Petit, hommage à l’humain du XXIe siècle.

  

Humain XXI est une série de portrait réalisée par le photographe Rémi Petit. Elle s'intéresse au circuit court, et plus particulièrement aux personnes qui ont choisi de vivre de leur savoir-faire manuel de façon locale. Pour le photographe, c'est une manière de mettre en avant la conscience de l'autre, et celle de la portée de ses actes.

Son protocole est simple : travailler au moyen format argentique en couleur, en lumière naturelle, ne faire qu'une seule photo par rencontre, toujours de la même manière, en pieds et le regard vers l'objectif, et demander à chaque personne qu'il rencontre et photographie de lui indiquer une nouvelle personne vers qui aller. Ainsi, il a rencontré près de 200 personnes, et effectué un tour de France, en plusieurs fois, entre 2014 et 2018.

Accueilli en résidence à Mont-Dauphin par le Centre des monuments nationaux au printemps 2021, Rémi Petit a travaillé sur le territoire du Guillestrois-Queyras pour proposer la suite de cette exposition.

Certains portraits seront accompagnés de profils sonores réalisés par Aude Joël et Christine Dancausse.

Les mots de Rémi Petit et d'Aude Joël sur cette exposition

« Ce travail s’intéresse à l’humain. En particulier aux femmes et aux hommes qui choisissent de vivre de ce qu’ils font de leurs mains de façon locale. Cela signifie qu’ils rencontrent ceux à qui est destiné le fruit de leur travail. Je vois ceci comme une manière d’être. Donc je photographie cet humain non pas quand il fait, mais debout, qui vous regarde, comme lorsque je le rencontre. En le photographiant, j’en fais un symbole, car c’est un fait, la photographie, quand on l’expose, fabrique des symboles.

Nous vivons en société. La conscience de la portée de ses actes, et la conscience de l’autre sont des éléments clé de cette vie en société. J’ai eu envie de faire de cet humain là un symbole de notre société, un symbole de nous, humains du XXIe siècle. Un symbole qui semble être en décalage avec ce que nous montrent les médias de masse de l’humain d’aujourd’hui. D’ailleurs, ça m’a mis un doute…

Cette pensée-là, je l’avais en photographiant les gens autour de moi, mais peut-être est-ce une pensée autarcique ? Peut-être que je vis dans ma bulle, avec des œillères sur les yeux ? Alors je suis parti sur les routes, au hasard des rencontres, voir si cela existait ailleurs.

Une démarche à suivre, simple : demander à chaque personne que je rencontre et photographie de m’indiquer une autre personne vers qui aller. Ne faire qu’une seule photo par personne, mais photographier tout le monde de la même manière, debout dans le décor et la lumière de son atelier, pour conserver une certaine objectivité. Travailler en pellicule afin que la rencontre ne soit pas perturbée par l’envie de voir ou de refaire la photo.

Dans chaque pays où j’ai pu me rendre, j’ai appliqué cette démarche. Et j’ai pu satisfaire cette pensée : cet humain existe, et il existe ailleurs que dans ma bulle locale.

Dans l’hexagone, en suivant le fil de cette démarche, j’ai quasiment fait le tour du pays. Et en quatre ans de « missions photographiques » effectuées de façon un peu éparse, j’ai pu rencontrer plus de 200 personnes.

Pour cette exposition, j’ai choisi de vous emmener à la rencontre d’une quarantaine d’entre elles.

En route donc ! »

Rémi Petit

  

« J’ai eu la chance d’habiter un an et demi dans le Guillestrois, notamment à Mont-Dauphin. J’ai découvert un territoire des Hautes Alpes en perpétuel mouvement et riche d’expérimentations, une vie locale organisée autour des métiers de la terre, de l’artisanat, de la création, du soin, où les notions de proximité et d’entraide résonnent particulièrement fort.

Après la réalisation d’un documentaire sur des bergers, je décide de m’essayer au documentaire sonore. Parce que le son raconte une histoire différente et complémentaire de l’image, parce qu’il laisse la liberté à l’auditeur de se représenter un univers, un contexte, de se l’imaginer. Les « ateliers » photographiés par Rémi sont aussi iconiques en son que divers : l’atelier d’un boulanger, la parcelle d’un vigneron au dessus de la Durance, ou le cabinet d’une sage-femme.

Nous avons voulu avec Christine créer des profils sonores qui donnent à ces métiers une texture particulière, qui permettent de se figurer des gestes, des habitudes, qui créent une connexion supplémentaire avec toutes ces personnes qui font vivre ce territoire et qui, nous l’espérons, donneront envie aux visiteurs de partir à leur découverte ! »

Aude Joël

  

Informations pratiques

Du 1er juillet au 31 août 2021

Du mardi au vendredi

De 14h à 18h

Arsenal de Mont-Dauphin, salle haute

Accès libre

Attention, n'oubliez pas d'apporter vos écouteurs pour profiter des enregistrements sonores !

MenuFermer le menu