Fermeture de l'alerte

Histoire du monument

Installée sur un vaste promontoire rocheux au carrefour de plusieurs vallées, la place forte de Mont-Dauphin témoigne de la puissance de Louis XIV. 

place-forte-mont-dauphin

L'entrée principale de la place forte de Mont-Dauphin

 

En 1692, dans le cadre de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, le duc de Savoie mène un raid avec une armée de 40000 hommes dans la vallée de la Durance. Louis XIV prend alors conscience du manque de défense du royaume français sur cette frontière alpine.

Appelé par le roi, Vauban (alors commissaire général aux fortifications) inspecte le territoire et choisit le plateau des Mille Vents pour y faire construire la place forte de Mont-Dauphin à partir de 1693. Il prévoit qu’elle accueillera, outre la garnison militaire, une population civile. C’est ainsi que l’on parle de place forte pour Mont-Dauphin et non pas de fort (fonction militaire uniquement). Son nom lui est attribué en l’honneur du dauphin, fils aîné du roi.

Lorsque Vauban revient à Mont-Dauphin en 1700, l’essentiel est déjà construit (fortifications, poudrière, caserne) mais des travaux d’aménagement se poursuivront jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Mont-Dauphin fut pensée comme une ville de garnison moderne implantée dans une zone de montagne. 

La place forte est constituée :

d’une enceinte continue, de nature variable selon les fronts (remparts ou falaises) ;

d’ouvrages de fortifications avancés (comme la lunette d’Arçon) ;

debâtiments militaires (arsenal, poudrière, casernes etc.) ;

d’une agglomération civile dont le plan d’urbanisme a été défini par les ingénieurs militaires.

 

fortifications-mont-dauphin

La lunette d'Arçon de Mont-Dauphin

 

La garnison de Mont-Dauphin comptait un millier d’hommes à l’origine. Instrument de dissuasion efficace, la place forte n’a jamais connu de siège.En 1713, le traité d’Utrecht éloigne la frontière italienne. Le développement de la garnison et de la population est alors stoppé. De plus de 400 personnes en 1850, la population civile tombe à moins de 300 personnes au début du XXe siècle, puis 29 en 1980, et est remontée à 170 habitants actuellement.

Le site ne connaît qu’un seul fait d’arme : un bombardement italien en 1940, qui détruit notamment une aile de l’arsenal.

En 1966, la place forte est classée monument historique avant d’être démilitarisée en 1980, date du transfert des fortifications et des principaux bâtiments au Ministère de la Culture.

Depuis 2008, la place forte de Mont-Dauphin est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des fortifications de Vauban : elle est l’une des sept villes neuves créées par Vauban, et l’archétype de la place forte de montagne.

MenuFermer le menu